La guerre est déclarée entre Google et Microsoft

5 août 2011

Ça a commencé ce mercredi 3 août, par la publication d’un article de David Drummond, Senior Vice President and Chief Legal Officer de Google, décrivant ce qui d’après lui est

(…) une campagne hostile contre Android financée à l’aide de brevets douteux et organisée par Microsoft, Oracle, Apple et d’autres entreprises.

David Drummond y déclarait que l’achat des brevets de Nortel et Novell par un groupe d’entreprises et destiné à intenter des procès contre la plateforme Android est anti-concurrentielle (« anti-competitive »). Ce qu’il a oublié de dire, c’est que ce groupe d’entreprises a offert à Google de participer à l’achat commun, et que Google a refusé, mais a essayé d’acheter ces mêmes brevets à lui tout seul, vraisemblablement pour les utiliser contre quelqu’un d’autre (pourquoi sinon).

Ces faits ont été dévoilés sur Twitter par Brad Smith, avocat de Microsoft, et confirmés par le porte-parole de l’entreprise de Seattle, Frank Shaw, copie de mail à l’appui !

Google n’a sur le coup pas l’air très crédible, reprochant à ses concurrents une pratique qu’ils utilisent eux-mêmes. Rappelons par exemple que Google a breveté en mars dernier le changement régulier de logos ou des pages d’accueil de sites web !

Rappelle-toi Google : « Don’t be evil !»

Source de l’image : Protect the free and open Internet

Firefox dépasse Internet Explorer

5 janvier 2011

Pour la première fois, Firefox a dépassé Internet Explorer dans les statistiques d’utilisation des navigateurs web en Europe. C’est ce que montre le site StatCounter pour le mois de décembre 2010.

C’est la progression de Chrome, avec 14.58 %, qui plombe la popularité de Internet Explorer, qui tombe à 37.52%. La part de marché de Firefox reste à peu près constante à 38.11 %. Le navigateur Safari de la société Apple plafonne à moins de 5 %, tout comme Opera.

Scribd passe au HTML5

8 mai 2010

Le service de partage de documents Scribd a décidé de se passer de Flash pour présenter les quelques dizaines de millions de documents partagés.

Dans une présentation elle-même en HTML5 sont présentés les tenants et aboutissants de ce changement :

Why the change from Flash to HTML5? It all started when we wondered: «Why do you need a special application to read a book, a magazine, or a presentation?»
Scribd rejoint ainsi les nombreuses firmes, dont Microsoft et Apple, ayant décidé de laisser tomber Flash. De son côté, Adobe dit préparer sa réaction :
We’re going to make great tooling for HTML5. We’re going to make the best tools in the world for HTML 5.

Est-ce nous qui sommes stupides ?

1 mars 2010

Avec l’annonce du très médiatique iPad, Apple n’a pas introduit un nouveau tablet-PC, mais plutôt un dispositif qui ressemble à un gros iPod Touch ou à un gros iPhone. De tels engins sont des ordinateurs, certes, mais la façon dont nous les utilisons est très différente : leur interface ne ressemble pas à ce que nous connaissons des ordinateurs habituels.

Pour cette raison, l’iPad tel qu’il a été présenté ne m’a pas semblé intéressant pour mon usage personnel. En tant qu’utilisateur chevronné des technologies, j’ai appris à utiliser les ordinateurs, c’est-à-dire que je me suis adapté au fonctionnement de l’interface graphique de Windows, Linux et de Mac OS X. Je me suis habitué à naviguer dans un environnement multi-fenêtres, dans des hiérarchies de fichiers complexes, à jongler avec des volumes locaux et distants. Or l’interface de l’iPad nous cache tous ces rouages, et, dans une première analyse, j’ai trouvé cela frustrant.

Plus récemment, j’ai lu l’aventure du site ReadWriteWeb, dont un des articles est devenu le numéro 1 de la liste retournée lorsque l’on tape dans Google l’expression « Facebook login ». Cet article contient aujourd’hui près de 900 de commentaires d’internautes courroucés, disant en substance (et dans des termes plus fleuris) : « Le site Facebook actuel est mauvais, remettez l’ancien », ou encore « Je veux juste me connecter à Facebook », ce qui montre que la plupart des gens ont utilisé Google comme un interpréteur de leur langage pour trouver leur site préféré et sont (mal) tombés ailleurs.

Je me suis également souvenu du classique dialogue entendu maintes fois :

— Mais où as-tu enregistré ton fichier ?
— Je l’ai enregistré sous Word !

La réaction classique des geeks à ce type de comportement est de dire, de façon moqueuse : « Mais comment peut-on être si stupide ?»

Je l’avoue, ça a été aussi ma première réaction. Et pourtant ! si c’était nous, les geeks et les développeurs, qui étions stupides ? Et si de telles réactions étaient simplement normales et naturelles ? Et si le fonctionnement de Google et des navigateurs web n’était pas si évident que cela ? Est-il vraiment surprenant que la plupart des utilisateurs confondent deux champs similaires au haut de la fenêtre d’un navigateur web ?

Je suis persuadé que, malgré les progrès évidents faits année après année, les interfaces des systèmes d’exploitation actuels sont largement trop complexes pour la plupart des utilisateurs, et notamment des élèves, pour les tâches simples que nous devons le plus souvent accomplir. La formation initiale nécessaire pour arriver au bout de ces tâches simples est le plus souvent rédhibitoire.

Nous devons donc, nous les geeks et les développeurs, faire en sorte que le seuil soit moins élevé pour nos utilisateurs. En ce sens, un ordinateur comme l’iPad, en cachant les entrailles complexes de la machine et en la rendant accessible pour le travail de tous les jours, propose sans doute une solution cohérente.

Cet article est né de la lecture du billet de Funkatron sur le même thème.

Google lâche Gears pour HTML5

21 février 2010

Ian Fette, de l’équipe Gears de Google, annonce que Google va abandonner sa propre technologie Gears pour la porter sur la (future) norme HTML5.

If you’ve wondered why there haven’t been many Gears releases or posts on the Gears blog lately, it’s because we’ve shifted our effort towards bringing all of the Gears capabilities into web standards like HTML5.

Source : DaringFireball