Google, Facebook et Cie, pros de la manipulation

Les vendeurs de données personnelles n’hésitent pas à user de méthodes trompeuses pour protéger leur business consistant à pister les personnes sans leur consentement. Cet article en donne une illustration.

Cette semaine, l’Internet Association, qui regroupe certaines des plus puissantes entreprises technologiques, comme Google, Facebook, Amazon et Uber, ont lancé au USA une campagne pour une nouvelle loi sur la protection des données. La plupart des entreprises de ce groupe font leur beurre en pistant les utilisateurs et en vendant leurs données personnelles. Alors, pourquoi diable veulent-elles une nouvelle loi sur la protection des données ?

Surprise ! Ce n’est pas pour protéger votre confidentialité.

En fait, il s’agit d’une manipulation, un stratagème fallacieux visant à saper les progrès réalisés en matière de protection de la vie privée au niveau des états. Plusieurs des états des USA ont effet resserré leur législation en faveur des utilisateurs et des consommateurs1, et l’Internet Association cherche à établir une loi fédérale sur la « protection des données » qui rendrait vide de substance les lois des états, et permette de continuer l’exploitation commerciale presque sans limite des données des consommateurs.

Pour illustrer, la section « Controls » propose (c’est moi qui souligne) :

Individuals should have meaningful controls over how personal information they provide to companies is collected, used, and shared, except where that information is necessary for the basic operation of the business

Bien entendu, la « basic operation » des vendeurs de données personnelles incluent la récolte et la vente de vos données personnelles, sans votre consentement. Le reste du texte est de ce même tonneau. La section « Access » dit que le droit des utilisateurs à accéder à leurs données ne doit pas « interférer de manière déraisonnable avec les activités commerciales d’une entreprise ». En clair, si le business d’une entreprise dépend de la collecte des données sans que les utilisateurs ne le sachent, autant dire que vous n’y aurez jamais accès.

Source: Electronic Frontier Foundation


  1. Par exemple, le Biometric Information Privacy Act en Illinois en 2008, la Data Broker Regulation au Vermont en 2018 et le California Consumer Privacy Act, en Californie en 2018 également.