Désolé, vous pouvez être identifié même si vos données sont anonymisées

Désolé, vous pouvez être identifié même si vos données sont anonymisées

Notre monde hyper-connecté et bourré de capteurs fait de nous des producteurs de données de façon quasi-permanente : nous générons des données de localisation chaque fois que nous envoyons un message WhatsApp ou un SMS, quand nous marchons avec une montre connectée ou tout simplement en nous promenant avec notre smartphone.

On nous dit souvent que ce n’est pas grave, puisque les données sont anonymisées, que tout ce qui pourrait nous identifier en est retiré et que l’on peut dormir tranquille.

La réalité, comme le montre une publication du journal scientifique IEEE Transactions on Big Data, est hélas différente. Les chercheurs ont montré qu’il est facile d’associer ces données avec des personnes réelles.

Voici pourquoi il est important de pouvoir contrôler non seulement nos données, mais également les méta-données que toutes nos activités numériques laissent derrière nous.

En obligeant les collectivités et les entreprises à développer leurs applications en appliquant le principe de Privacy by Design, nous pourrons avoir peut-être une chance de recouvrer la maîtrise de nos données.

Facebook toujours plus agressif dans la collecte de données

Facebook toujours plus agressif dans la collecte de données

Sous le couvert de protéger ses utilisateurs, Facebook promeut depuis son app mobile l’utilisation de l’application VPN Onavo, qu’elle a acquise en 2013 déjà.

Facebook pourra ainsi contrôler ce que font les utilisateurs sur Internet, quelle que soit l’app qu’ils utilisent. Une telle utilisation s’apparente aux logiciels espions.

Techcrunch :

Instead, Onavo’s VPN allow Facebook to monitor user activity across apps, giving Facebook a big advantage in terms of spotting new trends across the larger mobile ecosystem. For example, Facebook gets an early heads up about apps that are becoming breakout hits; it can tell which are seeing slowing user growth; it sees which apps’ new features appear to be resonating with their users, and much more.

Facebook Messenger Kids : dans la gueule du loup

Facebook Messenger Kids : dans la gueule du loup

TechCrunch :

For the first time, Facebook is opening up to children under age 13 with a privacy-focused app designed to neutralize child predator threats that plague youth-focused competitors like Snapchat.

C’est comme envoyer le petit chaperon rouge directement dans la gueule du loup.

Il faut vraiment être inconscient pour y inscrire son enfant !

Pourquoi vous devriez arrêter de poster des photos de vos enfants sur les réseaux sociaux

Interview de Florence Millot, psychologue pour enfants, à lire sur atlantico.fr.

Le risque est que, lorsqu’un enfant comprend que pour être aimé par ses parents ou être aimé de l’extérieur il faut savoir faire quelque chose qui corresponde à une attente extérieure — à savoir être beau, fort, drôle et les mettre sur les réseaux sociaux — une fois adulte, celui-ci, pris dans ce piège affectif, continue de toujours rentrer dans ce mécanisme pour pouvoir plaire.

Source : atlantico.fr

Données personnelles et internet: faut-il être paranoïaque ? (partie 3/3)

Données personnelles et internet: faut-il être paranoïaque ? (partie 3/3)

Cet article a été publié en septembre 2015 dans l’édition no 323 de la revue Scuola Ticinese. Il est publié ici en trois parties : partie 1, partie 2.

Ce n’est pas l’analyse et l’exploitation des données qui est problématique, mais le manque d’encadrement

La collecte et le traitement d’informations personnelles n’ont pas que des côtés obscurs. Ils peuvent rendre d’importants services. À titre personnel, en analysant mes goûts et affinités, ils aident à choisir judicieusement un article à acquérir ou une émission à voir.

Dans le domaine de la santé, ils permettent à Google de suivre quasiment en temps réel la propagation mondiale d’épidémies, grâce à l’analyse des recherches effectuées par les internautes, plus vite que l’OMS.

Continuer la lecture de « Données personnelles et internet: faut-il être paranoïaque ? (partie 3/3) »