Étonnante photo de l'ISS et Endeavour

Cette magnifique photographie montre la Station Spatiale Internationale (ISS), à laquelle est amarrée la navette spatiale Endeavour, passant devant le Soleil.

ISS et Endeavour

ISS et Endeavour

On distingue facilement sur le détail de l’image les 16 panneaux solaire de l’ISS (8 de chaque côté), ainsi que la silhouette parfaitement reconnaissable de la navette spatiale.

ISS et Endeavour (détail)

ISS et Endeavour (détail)

La photographie est l’oeuvre de Thierry Legault, un ingénieur français spécialiste du genre qui a déjà eu droit à plusieurs publications sur le célèbre site web Astronomy Picture Of the Day. Le site web de Thierry Legault fait la preuve de son énorme talent pour l’astrophotographie. Découvrez-y de nombreuses autres photographies stupéfiantes, notamment prises à l’occasion d’éclipses de Lune ou de Soleil.

Source : OnOrbit

Brevet sur le e-learning : victoire de Desire2Learn

Logo de Desire2Learn

Le blog de Desire2Learn a informé hier du l’invalidation des 38 premières revendications du brevet de Blackboard sur le e-learning. Rappelons que dans un premier temps, les 35 premières revendications avaient été déjà jugées irrecevables. Restent encore les revendications 39 à 44.

La seule différence que Blackboard a pu mettre en évidence dans le libellé de son brevet est la connexion unique (single login), et c’est vraiment trop peu !

Il s’agit d’une victoire complète de Desire2Learn, et, plus important encore, des défenseurs des logiciels libres, en particulier de Moodle et Sakai.

Mais le petit jeu n’est pas encore tout à fait terminé. Il reste à Blackboard plusieurs possibilités de se battre devant les tribunaux. Il serait cependant peut-être temps pour Blackboard de tout stopper, surtout que financièrement, l’affaire pourrait lui coûter cher. Voyons plutôt.

Blackboard doit maintenant reverser à Desire2Learn les 3,3 millions de dollars de manque à gagner qui lui avaient été versés, avec des intérêts de 6%, qui se montent à environ 200'000 $. Pour une compagnie dont le bénéfice net pour 2008 a été de 2,8 millions de dollars, cette nouvelle n’est pas réjouissante !

Comme souvent, les seuls bénéficiaires de ce type de conflit sont les cabinets d’avocats, qui y ont certainement gagnés plusieurs millions de dollars.

Voir également à ce sujet e-Literate et PatentlyO.

Les sites Apollo sur la Lune photographiés

À l’approche du 40e anniversaire du premier pas de l’Homme sur la Lune, ressortent les habituelles théories de la conspiration, mettant en doute la véracité des visites humaines sur notre satellite.

Une des objections fréquemment avancées par les adeptes de ces théories réside dans le fait que si les alunissages étaient réels, on nous aurait montré des photographies des différents vaisseaux sur la Lune, prises avec nos télescopes les plus performants, par exemple Hubble et les télescopes du VLT.

Photo de Apollo 11 depuis LRO, juillet 2009

Photo de Apollo 11 depuis LRO, juillet 2009

La raison en est pourtant simple : aucun des télescopes actuels, aussi puissant soit-il, n’est capable de distinguer des objets de la taille du LEM sur la Lune. En effet, la résolution de Hubble est entre 0.03 et 0.06 secondes d’arc, suivant la longueur d’onde dans la lumière visible, et celle d’un télescope du VLT d’environ 0.02 secondes d’arc, en utilisant l’optique adaptative (qui permet de s’affranchir des problèmes de visibilité dus à l’atmosphère). Or un objet de 5 mètres de diamètre, comme la base du LEM sur la Lune, a depuis la Terre une dimension angulaire d’environ 0.003 secondes d’arc, et il faudrait donc un télescope beaucoup plus grand (environ 120 m de diamètre) pour le voir.

Mais il y a du neuf : le LRO ou Lunar Reconnaissance Orbiter de la NASA a pris du 11 au 15 juillet 2009 des photos des sites Apollo. On peut y voir pour la première fois les structures matérielles des missions Apollo. Ces photos ont été prises avant même que LRO atteigne son altitude optimale pour les prises. On s’attend donc à de bien meilleures photographies encore.

La déclaration des droits numériques

Un groupe de travail, à l’initiative de Hervé Morin, Ministre français de la Défense, a lancé un projet pour une déclaration des droits numériques.

(…) L’essor des technologies de l’information et de la communication appelle à affronter de nouveaux défis qui ignorent les frontières géographiques et juridiques.

Le développement mondial et accéléré de l’Internet implique ainsi l’adoption de garde-fous et la reconnaissance de nouveaux droits et libertés qui, conciliés avec ceux déjà existants, visent à permettre le plein exercice des droits fondamentaux (…).

Quelques notions essentielles y sont mentionnées, notamment le droit à la dignité numérique et le droit à l’oubli.