Conseil des États : évolution des sièges 2019

Les élections fédérales 2019 au Conseil des États Suisse confirment la progression des défenseurs de l’environnement.

Confirmant les résultats des élections au Conseil National, le Conseil des États Suisse quintuple sa députation verte, passant de 1 à 5 représentants, essentiellement aux dépends du parti socialiste, qui perd 3 sièges. Voici une visualisation de l’évolution des sièges, de 1971 à 2011.

CdE: Force des partis 1971-2019

Conseil des États : force des partis 1971-2019

Voir également :

Conseil National : évolution des sièges 2019

De grosses variations ont été constatées lors des élections fédérales 2019 en Suisse, au profit des partis défendant la cause du climat.

Les élections fédérales d’hier ont livré de grosses variations dans les forces des partis au Conseil National Suisse. Voici une visualisation de l’évolution des sièges, de 1971 à 2011.

CN: Force des partis 1971-2019

Conseil national : force des partis 1971-2019

Tous les partis gouvernementaux, en particulier la droite dure (UDC), perdent des sièges, au profit des Verts et des Verts libéraux. Malgré sa forte régression, l’UDC reste cependant le parti le mieux représenté au Conseil National.

Voir également :

Parlement fédéral : forces des partis 1971–2015

Dans l’attente des élections fédérales 2019, les visualisations suivantes montrent le virage à droite du parlement fédéral suisse lors des précédentes élections en 2015, en particulier au Conseil national.

CN: Force des partis 1971-2015

Conseil national : force des partis 1971-2015

Au Conseil des États, malgré la stagnation de l’UDC, la montée de la droite est perceptible, même si elle est moins marquée.

CE: Force des partis 1971-2011

Conseil des États : force des partis 1971-2011

E-voting : nous avons besoin de confiance

Ce n’est pas tant le vote électronique qui est problématique que la façon dont les autorités sous-estiment ses risques pour la démocratie quand il est mal géré ou mal implémenté.
E-voting : nous avons besoin de confiance

La Poste et son mandataire la société espagnole Scytl nous disent que leur système est l’état de l’art en matière de e-voting, le graal de la votation électronique. Et voilà que l’on découvre une faille permettant aux exploitants du système de cacher la manipulation de votations.

Cette faille, nous dit La Poste, avait été identifiée en 2017, mais n’avait pas été corrigée. Peut-on avoir encore confiance, quand un logiciel dont on nous dit qu’il a été maintes et maintes fois audité comporte encore une telle faille, qui plus est datant de plusieurs années ? N’est-ce pas le signe que nous avons besoin de plus de circonspection, particulièrement quand il s’agit du pilier de la démocratie ?

Continuer la lecture de « E-voting : nous avons besoin de confiance »

E-voting en Suisse : un risque pour la démocratie

La récente polémique sur le code source de la solution de vote électronique proposée par La Poste met en lumière les risques pour la démocratie ainsi que le manque de vision des autorités politiques de Suisse.
E-voting en Suisse : un risque pour la démocratie

Face aux critiques d’experts internationalement reconnus dans le domaine de la sécurité informatique sur l’insuffisance du logiciel de vote électronique, La Poste et l’entreprise Scytl ont choisi de jouer le jeu de la censure, plutôt que celui de la transparence, en interdisant la publication du code source de la solution.

Dans un premier temps, La Poste a publié le code source de façon ouverte et lancé un test d’intrusion public, à la satisfaction des experts de la cyber-sécurité. Certains se sont toutefois étonnés des réactions agacées de La Poste face à leurs critiques sur des aspects discutables du code source. D’autres, comme le magazine indépendant Republik, pointent le manque d’instructions sur la façon de mettre en service et de faire communiquer entre eux les différents composants du système, condition pourtant indispensable pour respecter l’Ordonnance de la Chancellerie fédérale sur le vote électronique.

Continuer la lecture de « E-voting en Suisse : un risque pour la démocratie »