Est-ce nous qui sommes stupides ?

Avec l’annonce du très médiatique iPad, Apple n’a pas introduit un nouveau tablet-PC, mais plutôt un dispositif qui ressemble à un gros iPod Touch ou à un gros iPhone. De tels engins sont des ordinateurs, certes, mais la façon dont nous les utilisons est très différente : leur interface ne ressemble pas à ce que nous connaissons des ordinateurs habituels.

Pour cette raison, l’iPad tel qu’il a été présenté ne m’a pas semblé intéressant pour mon usage personnel. En tant qu’utilisateur chevronné des technologies, j’ai appris à utiliser les ordinateurs, c’est-à-dire que je me suis adapté au fonctionnement de l’interface graphique de Windows, Linux et de Mac OS X. Je me suis habitué à naviguer dans un environnement multi-fenêtres, dans des hiérarchies de fichiers complexes, à jongler avec des volumes locaux et distants. Or l’interface de l’iPad nous cache tous ces rouages, et, dans une première analyse, j’ai trouvé cela frustrant.

Continuer la lecture de « Est-ce nous qui sommes stupides ? »

Journée mondiale de l'enseignant 2009

Poster
Aujourd’hui a lieu la « Journée mondiale des enseignants 2009 ».

Cette année, la Journée mondiale des enseignants sera centrée sur le rôle des enseignants dans le contexte de la crise économique et financière et sur le besoin d’investir maintenant dans les enseignants en tant que moyen de garantir une revitalisation post-crise. Il apparaît également crucial, malgré la crise, d’assurer que l’investissement dans les enseignants est suffisant et proportionné à ce qui est attendu d’eux.

Plus d’informations ici : http://www.ei-ie.org/worldteachersday2009/fr/

L'insuffisance de l'école face aux TIC ?

En juin 2006, une enquête européenne sur l’appropriation des nouveaux médias par les jeunes a été publiée par le CLEMI (Centre de Liaison de l’Enseignement et des Médias d’Information). Le sujet de cette enquête est l’éducation aux médias. Une recherche conjointe a été effectuée par ce biais sur près de 9000 jeunes de 12 à 18 ans et leurs relations aux médias électroniques (Internet, téléphonie mobile, jeux en ligne).

Une des conclusions les plus marquantes de cette étude est la grande disparité d’utilisation des TIC entre l’école et la maison: les jeunes utilisent massivement les TIC dans la vie de tous les jours, alors qu’à l’école, les usages en sont encore très limités.

[…] C’est un goufre qui s’ouvre. Toutes les fonctions importantes pour les jeunes existent hors de l’école, comme l’essentiel de leurs apprentissages (surtout de l’auto-apprentissage et de l’apprentissage entre pairs). Dans le même temps, les écoles restreignent l’accès, interdisent certaines pratiques sans aucune nécessité, ne parviennent pas à comprendre la fonction communicationnelle d’Internet, et, pire que tout, échouent à transmettre les compétences de recherche documentaire, d’évaluation des sites, de recherche et de production créative qui devraient être les plus importantes pour elles.

On note partout clairement que les jeunes ne peuvent pas acquérir les savoir-faire nécessaires dans de bonnes conditions. […] En outre, il est évident dans tous les pays qu’ils surestiment leur propre capacité à évaluer. Ce sont des types de connaissances et de compétences critiques que seule l’école peut transmettre.

Ces conclusions indiquent à quel point un effort de formation du corps enseignant est nécessaire dans le domaine de l’intégration des TIC et de son utilisation par les élèves et étudiants, notamment au degré secondaire 2.

Unskilled and unaware of it !

Les gens tendent à surestimer leurs aptitudes dans de nombreux domaines sociaux et intellectuels. […] Non seulement ces personnes arrivent à de mauvaises conclusions et font des choix malheureux, mais leur incompétence leur soutrait en outre la capacité cognitive de s’en rendre compte.

Cette citation est tirée de l’article Unskilled and unaware of it: how difficulties in recognizing one’s own incompetence lead to inflated self-assessments, publié par le Journal of Personality and Social Psychology.

Cette article tend à montrer que l’incompétence n’est pas seulement la cause de mauvais résultats, mais également de l’incapacité à reconnaître que sa propre performance est mauvaise. Ceci mène à un paradoxe intéressant : une façon de permettre aux personnes de s’auto-évaluer correctement et de reconnaître leur incompétence est de les rendre compétents !

Voir le PDF de l’article.

Qu'est-ce que le e-Learning ?

J’aime bien la définition suivante de l’e-Learning, trouvée ici :

Le eLearning comprend toute initiative qui emploie une technologie électronique dans le but d’améliorer l’efficacité humaine.

Par exemple, consulter la définition d’un mot dans un dictionnaire en ligne est une forme de eLearning. En effet, l’apprentissage a lieu à l’aide d’une technologie et a pour résultat d’améliorer la performance. Bien qu’informel et fortuit, cet exemple d’apprentissage entre bel et bien dans la définition du eLearning.

À comparer de celle tirée d’un intéressant article de Cláudia Bertoldo:

Il y a plusieurs définitions pour le terme e-learning. Je préfère utiliser ce terme pour designer l’utilisation des NTIC (Nouvelles technologies de l’information et de la communication) dans la gestion et de l’application d’un dispositif de formation, qui dans ce cas peut être ouverte et a distance.

Les NTIC rendrent possible à la formation l’utilisation d’un ensemble d’applications et processus, comme les classes virtuelles, la mise à jour de documents pédagogiques faite par Internet, le travail collaboratif a distance.